Egyptologie

Le Musée d’Yverdon et région conserve une remarquable collection d’antiquités égyptiennes, dont l’origine remonte à 1896, lorsque l’ingénieur agronome yverdonnois Edwin Simond (1856-1911), qui vit et travaille alors à Alexandrie, donne à la Ville d’Yverdon la momie du prêtre Nes-Shou et son trousseau funéraire

Pièce maitresse des collections d’égyptologie, l’ensemble funéraire du prêtre Nes-Shou date de l’époque ptolémaïque (vers 200 av. J.-C.). Il comporte, outre le corps momifié du défunt, son sarcophage avec cuve et couvercle richement ornés, des éléments de cartonnage et un Livre des Morts. Cet ensemble est considéré par les spécialistes comme le plus complet et l’un des plus intéressants conservés en Suisse et forme le noyau de la collection. Cette dernière a été enrichie en 1983 par un donateur anonyme qui remit au musée neuf pièces d’une qualité exceptionnelle. Parmi elles se trouvent quatre remarquables statuettes en pierre appartenant à des dignitaires de la fin du Moyen Empire, diverses figurines en bronze, ainsi qu’une stèle saïte de type archaïque. En 1993, la collection a été complétée par 204 pièces léguées par les descendants d’Edwin Simond, portant à environ 400 pièces la collection égyptologique du Musée d’Yverdon et région.

Datant des années 1970, la section de l’exposition permanente consacrée à la collection égyptologique est actuellement fermée au public en raison de travaux de restauration dans la tour sud. La momie du prêtre Nes-Shou ainsi que son trousseau funéraire seront exposées au public dès l’automne 2021 dans une scénographie provisoire qui problématisera la question des restes humains en musée et qui et mettra l’accent sur l’imaginaire de l’exotique et de l’ailleurs que suscite une telle pièce muséale.

Partage: